Foire Aux Questions

Je suis un citoyen, je lis en premier ici.

Je suis un prestataire (commerçant), ces questions me concernent en particulier.

 

Quelles sont les questions que je me pose en tant que citoyen ?

Le solAToi est-il légal ?

Oui, comme tout bon d’achat, chèque-repas ou éco-chèque.


Est-ce que le solAToi va remplacer l’euro ?

Non, l’euro continuera à circuler dans la région.
Mais chez les prestataires membres du réseau, vous pourrez payer en solATois à la place des euros.


Où pourrai-je me procurer des solATois ?

Dans les comptoirs de change (certains commerces) vous échangerez des euros contre des solATois (1 euro = 1 solAToi). Les comptoirs de change seront répertoriés dans un annuaire.


Que deviendront les euros que j’échangerai contre des solATois ?

Les euros collectés par les conversions en solAToi seront placés :

  • majoritairement dans une institution bancaire s’inscrivant dans le secteur de la finance solidaire et éthique de façon à permettre des retraits à vue ou très rapides (par exemple, pour répondre aux demandes de reconversion) ;
  • pour le reste, auprès d’un organisme accrédité pour participer au financement de projets locaux répondant aux critères de la charte (par exemple, micro-crédits pour les prestataires du réseau).

La somme des montants placés formera le fonds de garantie.

Il sera géré par l’asbl «SolAToi ».


Comment savoir si un prestataire accepte les solATois ?

Les prestataires seront référencés dans un annuaire papier et sur le site internet. Cette liste sera mise à jour régulièrement.

On les reconnaîtra grâce à un autocollant sur leur vitrine.


Quelles seront les coupures disponibles ?

6 coupures seront disponibles : des billets de 1, 2, 5, 10, 20 et 50 solATois.
Les transactions pourront bien évidemment être complémentées par des euros pour avoir le compte juste.


Quelles sont les garanties que les billets ne soient pas falsifiés ?

Les solATois sont sécurisés par plusieurs moyens techniques. Et qui souhaiterait falsifier un bon qui ne circule que localement ?


Qui va gérer le SolAToi ?

Une asbl gèrera le fonctionnement du SolAToi. Elle sera constituée de citoyens consommateurs (les utilisateurs) et de commerçants ou d’acteurs sociaux et culturels ou de pouvoirs publics (les prestataires).

L’assemblée générale et le conseil d’administration seront composés de représentants de chacune de ces catégories d’acteurs.


Comment le solAToi fera-t-il pour relocaliser ?

Pour les particuliers, le solAToi peut servir à relocaliser les échanges (préférer acheter local plutôt que de recourir aux zones commerciales et aux multinationales).

Pour les prestataires, le solAToi peut inciter à relocaliser leur approvisionnement ; ils y ont même un intérêt direct : éviter le prélèvement (commission ou rédimage) lors de la reconversion vers l’euro. (A noter qu’à titre dérogatoire, durant les premiers mois, le prélèvement sera nul sur les reconversions, pour instaurer la confiance. La mise en place de ce prélèvement devra être décidée par l’assemblée générale de l’asbl).


Pourquoi utiliser un bout de papier qui a la même valeur que l’euro plutôt que l’euro lui-même ?

C’est un système d’échange sans taux d’intérêt : personne n’aura de plus-value à conserver des solATois pour spéculer et tout le monde sera incité à les faire circuler.

Le bout de papier n’a de valeur que localement, en restant nécessairement dans la région, il augmente sa richesse, alors que l’euro est conçu pour le grand marché, l’import-export, la spéculation sur les matières premières etc. C’est avec nos épargnes en euros que nous finançons les délocalisations de nos industries et nos emplois. Plus de 85 % de la masse monétaire nourrit l’économie spéculative au détriment de l’économie réelle.

Les commerçants qui recevront des solATois chercheront à s’approvisionner et à s’achalander dans la région plutôt que sur les marchés internationaux.

C’est donc un système d’échange plus éthique parce que les prestataires s’engagent dans une démarche écologique, humaniste et citoyenne.


N’est-ce pas un retour vers un passé protectionniste ?

C’est une libre résistance à la finance mondiale alors que le protectionnisme est traditionnellement vécu comme une imposition !

Le solAToi est complémentaire à l’euro, il remplit la seule fonction d’encourager les échanges locaux et laisse place, à côté de lui, à d’autres éventuelles monnaies locales qui poursuivraient d’autres objectifs.


Est-ce qu’il existe déjà des monnaies locales complémentaires ?

Il y en a quelques-unes en Belgique pour l’instant, plus d’une trentaine en Allemagne, plus d’une centaine aux Etats-Unis, en Amérique du Sud… et même en Suisse. Le monde en compterait plusieurs milliers !


Quelles sont les questions que je pourrais me poser en tant que commerçant?

Quels sont les avantages des commerçants qui adhèrent au SolAToi ?

Pas de double comptabilité mais une redynamisation du commerce athois car les solATois ne peuvent être dépensés qu’à Ath !
Plus grande visibilité grâce au site internet et au répertoire avec la liste de prestataires (répertoire remis à tous les prestataires et utilisateurs). Sans oublier l’autocollant « Ici, on accepte les solATois» qui attirera de nouveaux clients.
Il est toujours intéressant, pour un prestataire, de faire partie d’un réseau, local qui plus est.


Si je suis un prestataire, qu’est-ce que je fais des solATois que je reçois de mes clients ?

  • payer mes fournisseurs
  • les dépenser chez d’autres prestataires
  • rendre la monnaie aux clients, même s’ils n’utilisent pas les solATois
  • les reconvertir en euros si cela semble indispensable

Qui gère le SolAToi ?

Une asbl gérera le projet du SolAToi. Elle sera constituée de citoyens consommateurs (les utilisateurs) et de commerçants ou d’acteurs sociaux et culturels ou de pouvoirs publics (les prestataires).

L’assemblée générale et le conseil d’administration seront composés de représentants de chacune de ces catégories d’acteurs.


Puis-je reconvertir mes solATois en euros ?

Seuls les prestataires de biens et services adhérents à l’asbl et figurant à l’annuaire du SolAToi ont la possibilité de reconvertir les solATois détenus en euros avec application d’une commission de change.

Les prestataires de biens et services qui acceptent d’être comptoirs de change seront exonérés de ladite commission de change. Et à titre dérogatoire, cette commission ne sera pas appliquée au début du système, le temps d’instaurer la confiance dans le solAToi.

L’AG décidera du taux (aux alentours de 2 %) et du moment à partir duquel cette commission sera réclamée.